Cannibales

Cannibales

Régis Jauffret

Seuil

  • par (Libraire)
    20 avril 2017

    "Cannibales" retrace la correspondance entre Noémie, artiste peintre parisienne, et la mère de son ex, retraitée en Normandie. Tout commence, logiquement, avec la première lettre, dans laquelle Noémie s'excuse d'avoir rompu. Puis, de réponse cinglante en déclaration d'amitié éternelle, les deux femmes s'accordent sur un fait : l'ex de l'une qui est le fils de l'autre doit mourir. Mais il faut que ça soit chic et choc. C'est décidé : elles le mangeront.
    Jubilatoire, caustique, cruel, bien écrit et bien construit, ce dernier roman de Régis Jauffret est incontestablement un des incontournables de la rentrée littéraire 2016.


  • 28 octobre 2016

    Indigeste

    Ebouriffant certes, mais très vite agaçant par sa répétition de (bons) mots et cette orgie de métaphores quelquefois d'ailleurs fort douteuses. J'ose dire, puisque les autres lecteurs hésitent entre aimer et détester, j'ose dire que je trouve que 10 pages auraient été bien suffisantes pour ce jeu de ping pong verbal. J'ai souri et ri, il faut bien l'avouer mais franchement par la suite, j'ai tourné les pages afin de voir si oui ou non elles allaient massacrer cet homme dont on ne sait finalement pas grand chose sinon qu'il n'aime pas les femmes comme celles-ci auraient envie d'être aimées.
    Tout cela pour dire que je vais vite me plonger dans une autre lecture.


  • par (Libraire)
    9 septembre 2016

    Noémie, jeune artiste peintre, rompt avec son compagnon de trente ans son aîné, et décide d'en expliquer les raisons à sa belle-mère, Jeanne.
    Les deux femmes débutent alors une correspondance, livrant chacune leur tour les rancoeurs mais aussi l'amour qui les lient à cet homme. Au fil de ces lettres, les deux femmes se laissent dominer par leur noirceur, projetant de faire un festin de Geoffrey.

    A travers ce roman épistolaire, nous découvrons plusieurs facettes de l'amour : celui d'une femme et de son amant, d'une mère envers son fils, ou encore d'une belle-mère envers sa belle-fille...

    Un roman original et bien écrit, mais qui manque tout de même d'un peu de saveur...

    A découvrir malgré tout.


  • par (Libraire)
    18 août 2016

    Très savoureux !!

    Une épaule de sarcasme
    Une cuisse d'ironie
    Une joue de cruauté
    Une hanche de plaisir ...
    Devenez "cannibale" sans plus attendre !!!
    Ce roman est un régal !!


  • Cannibales

    Artiste peintre de 24 ans, Noémie vient de rompre avec un architecte, 30 ans plus âgés qu’elle. Parallèlement, elle envoie une lettre à la mère de son ancien amant pour se confondre en excuses d’avoir rompu. De ce courrier va commencer une correspondance qui finira par tisser des liens, très vite diaboliques, entre les 2 femmes ; et pourquoi pas s’en débarrasser et pourquoi pas en le mangeant cuit à la broche. Contrairement à ce que pourrait faire penser ce résumé, ce roman est un roman d’amour. Les 2 femmes sont, à des degrés divers, des grandes amoureuses, la mère dans le souvenir du père de son fils, Noémie par ces nombreuses histoires d’amour. Et le fils, lui aussi, via des missives envoyées simultanément aux 2 femmes, exprime son grand amour pour Noémie.