Alex-Mot-à-Mots

https://alexmotamots.fr/

Alex L., lectrice compulsive, presque anonyme.
Ayant une préférence pour les bons polars, mais aimant aussi les autres genres (sauf la SF, pitié....)

Le passage, roman

roman

Robert Laffont

27,02
10 novembre 2011

Je ne suis pas fan de vampires, loin de là. Mais les "dracs" dont il est question dans ce roman sont d'une espèce différente, si je puis dire. Ils ont été crée par l'Armée américaine (projet secret, bien sûr) en vu de s'infiltrer dans les zones de conflits. Mais la créature a échappé a son créateur et les vamps ont dévoré tout le monde, ou presque.

Seule une poignée d'irréductibles survie en Californie, dans un camp retranché. Ne sortant que le jour et laissant toutes lumières allumées la nuit. Sauf que l'énergie vient à manquer. Car les pièces produisant la précieuse énergie n'étaient pas construites pour être réparées, mais remplacées. Or, il n'y a plus de pièces détachées. Et personnes autour, c'est l'angoisse....


Qui plus est débarque une drôle de petite fille qui semble faire fuire les "dracs" et lire dans les pensées.

Un monde étrange, donc, où la civilisation américaine n'existe plus et où les personnages craignent à tout moment de se faire mordre, ce qui entraînerait leur mort.

Un roman avec une vraie ambiance de suspens, mais des longueurs parfois - quand l'auteur, après avoir introduit un nouveau personnage, nous raconte son curriculum.

Les personnages valsent d'ailleurs beaucoup : rares sont ceux, vivant au début, qui le sont encore, à la fin de l'histoire.

Ceci dit, j'ai été convaincue par cette histoire de vampires, et j'attends la suite.

L'image que je retiendrai :

Celles des explosions (il y en a tout de même pas mal, dont une nucléaire, s'il vous plait). M'enfin ce ne sont pas elles qui calment les vampires.

http://motamots.canalblog.com/archives/2011/11/05/22558789.html

La Révolte des accents, Livre

Livre

Le Livre de Poche

6,78
9 novembre 2011

Où il est question, cette fois-ci, d'accents qui se révoltent. Et comme les accents m'ont souvent résisté (mais de moins en moins, contrairement à mes soucis avec les participes-passés...) je me suis dit « quelle bonne idée d'acheter et lire ce livre ».

Finalement, j'ai bien aimé la comparaison avec les épices -qui elles aussi se font la malle- mais j'attendais plus d'explications sur le pourquoi du comment (et où mettre l'accent dans « evenement » par exemple).

Je suis toutefois rassurée, car même si l'anglais n'a pas d'accent, d'autres langues en regorgent avec des signes plus ou moins étranges. Ouf !

L'image que je retiendrai :

Les très belles illustrations de couverture et à l'intérieur.

http://motamots.canalblog.com/archives/2011/11/03/21744053.html

La Révolte des accents, Livre

Livre

Le Livre de Poche

6,78
9 novembre 2011

Où il est question, cette fois-ci, d'accents qui se révoltent. Et comme les accents m'ont souvent résisté (mais de moins en moins, contrairement à mes soucis avec les participes-passés...) je me suis dit « quelle bonne idée d'acheter et lire ce livre ».

Finalement, j'ai bien aimé la comparaison avec les épices -qui elles aussi se font la malle- mais j'attendais plus d'explications sur le pourquoi du comment (et où mettre l'accent dans « evenement » par exemple).

Je suis toutefois rassurée, car même si l'anglais n'a pas d'accent, d'autres langues en regorgent avec des signes plus ou moins étranges. Ouf !

L'image que je retiendrai :

Les très belles illustrations de couverture et à l'intérieur.

http://motamots.canalblog.com/archives/2011/11/03/21744053.html

Les chevaliers du subjonctif
9 novembre 2011

Certes, je n'ai pas lu la « première partie » : La grammaire est une chanson douce. Mais on rentre très facilement dans l'histoire, qui met tout de même du temps à démarrer.

Et puis, j'en ai appris plus sur le subjonctif (y compris en japonais et en hiéroglyphe), mais vais-je pour autant l'utiliser plus souvent ? Peut-être avec mes enfants, cela changera de l'impératif...

Bref, une petite histoire facile qui se lit vite et dont les parallèles avec la mer ne m'ont pas convaincu.

L'image que je retiendrai :

Celle du planeur au-dessus de l'île des subjonctifs dont la cartographie varie sans cesse.

http://motamots.canalblog.com/archives/2011/11/02/21744040.html

Les hommes cruels ne courent pas les rues
9 novembre 2011

J'ai retrouvé avec plaisir l'écriture et une héroïne de Katherine Pancol. Toujours la même, moderne et en quête d'amour, évoluant dans la partie aisée de la société. Dans une histoire qui se déroule sur quelques centaines de pages, très ramassée, par conséquent.

Cette fois-ci, le récit alterne entre le présent de l'héroïne et son histoire avec son père. Une histoire pleine de joies et de trahisons : il abandonne sa famille et sa fille qu'il gâte pourtant à chaque fois qu'il touche sa paye. Un père mort du cancer dans d'atroces souffrances que seule sa fille à accompagné. Un père, pourtant mort, qui ne la lâche pas. D'où sa difficultée à se laisser tomber amoureuse malgré quelques aventures assez "hot" lors de rencontres d'un soir.

J'ai aimé la déambulation de l'héroïne dans les rues de New-York dont j'ai goûté le parfum de nouveau.

J'ai aimé sa façon de voir les femmes de cette ville "Nikée" pour aller plus vite, gagner plus d'argent. Heureusement, la narratrice garde sa distance très française par rapport à ces femmes.

L'image que je retiendrai :

Celle de la serveuse de Bloomi's, toujours la même, qui donne du "Honey" à toutes ses clientes d'un air détaché mais qui ne se souvient d'aucune.

http://motamots.canalblog.com/archives/2011/10/31/22522554.html