Lady K "http://antredeslivres.blogspot.com"

http://antredeslivres.blogspot.com/

Que dire, que dire ?
Et bien tout simplement que je suis mordue de lecture, je ne peux tout simplement pas m'en passer ... J'adore la lecture depuis toute petite ! C'est un vrai moment de détente.
Depuis quelques temps je tiens un blog qui fait part de mes lectures et ressentis à ceux qui me liront ... j'aime partager les impressions sur nos lectures ! Alors n'hésitez pas, je vous répondrais !

Sous la Révolution française, Journal de Louise Médréac, 1789-1791

Journal de Louise Médréac, 1789-1791

Folio Junior

5,75
10 juin 2019

Un bon moment

Louise quitte sa Bretagne natale pour partir à la conquête de Paris. Jeune couturière talentueuse, elle trouve une place dans l’atelier de Rose Bertin, celle qu’on surnomme la « ministre des modes » car elle a la faveur de la Reine de France. La jeune fille s’épanouit dans son nouveau travail et fait de belles rencontres, mais autour d’elle la grogne monte. La Révolution se prépare, le peuple est mécontent et les émeutes éclatent. Louise se retrouve coincée au beau milieu de ces événements et transcrit dans son journal tout ce dont elle est témoin.

Le format « journal intime » est agréable à lire. Certes, ça casse un peu le rythme, mais au moins on ne garde qu’un condensé : Louise ne nous raconte que le plus important, que les événements majeurs de la Révolution française. Sa place en tant que couturière de Rose Bertin lui offre un double aperçu de ce qu’il se passe, puisqu’elle côtoie à la fois le peuple et la famille royale. Ses petites digressions sur le travail à l’atelier ou ses amis permettent d’en faire une jeune fille attachante et à laquelle de jeunes lecteurs peuvent s’identifier plus facilement.

Alors, certes, ce n’est pas un ouvrage de référence sur la Révolution française. On ne fait que des allusions à ce qui s’est passé entre 1789 et 1791. Ce n’est pas forcément fouillé, mais en même temps ce n’est pas ce qu’on demande à un ouvrage de cette collection. Cela permet une première approche, tout en douceur, de cette période historique bien mouvementée.

En conclusion, j’aime beaucoup cette collection et les histoires racontées. En plus, le format journal intime est renforcé par la finition du livre qui est sublime : couverture solide, effet faux cuir et des pages façon « vieux grimoire » (ancienne édition).

VILLA DU CRIME

Oskar Éditeur

10 juin 2019

Intéressant

Marie et son père, Damien, entendent bien profiter de leurs courtes vacances en bord de mer. Mais c’était sans compter l’histoire de la maison qu’ils ont louée. En effet, à peine un an plus tôt, un crime y a été commis : un père a poignardé à mort sa fille. C’est déjà assez perturbant en soi, mais l’inquiétude de l’adolescente augmente lorsqu’elle aperçoit un vagabond à l’air étrange rôder autour de la maison à plusieurs reprises. Se pourrait-il qu’un nouveau drame se prépare ?

À peine 100 pages, et pourtant, l’angoisse s’installe très vite et ne nous lâche plus jusqu’au dénouement. Car même si on comprend vite ce qu’il s’est réellement passé, l’incertitude et le danger restent bien présents ! D’ailleurs, après tant d’émotions, un épilogue aurait été bien apprécié afin de savoir ce qu’il se passe après pour les différents protagonistes. Là, la fin est un peu rude.

Cependant, il faut bien reconnaître que sous ses allures de petit thriller jeunesse, Villa du crime porte un message fort à l’adresse de ses jeunes lecteurs, une sorte de mise en garde primordiale (et dont je ne peux pas parler sans tout dévoiler de l’intrigue). Bravo à l’auteur !

En conclusion, un roman plus profond qu’il n’y paraît au premier abord. Il ne faut jamais se fier aux apparences et Villa du crime le démontre bien. Ce court roman m’a offert un bon moment de lecture.

Sadie

De la Martinière jeunesse

19,44
10 juin 2019

Prenant du début à la fin !

Un an après la mort de Mattie, sa petite sœur, Sadie disparaît à son tour. Partie à la recherche du monstre qui a sauvagement assassiné sa cadette, elle ne pense qu'à sa vengeance, quitte à se mettre en danger. West, journaliste radio, se lance sur ses traces et essaye de la retrouver avant qu'il ne soit trop tard. Il nous livre ses investigations sous forme de podcasts.

Ainsi, les chapitres alternent entre le point de vue de Sadie, qui tâtonne et se rapproche du meurtrier de sa sœur, et la retranscription des podcasts de West. Cette alternance m'a beaucoup plu, elle ajoute du suspense. Cela donne l'impression d'assister à une course poursuite doublée d'une course contre la montre. Ce qui crée un sentiment d'urgence et renforce le côté angoissant de ce roman.

West n'est pas particulièrement attachant. Mais ce n'est pas sa faute, c'est dû au format podcast, certes original et plaisant, mais qui instaure une distance avec ce personnage. Par contre, j'ai beaucoup aimé Sadie. Cette jeune fille est touchante. Elle se bat pour sa sœur et plus on apprend à la connaître, plus on se rend compte combien sa vie a été difficile : une mère droguée du soir au matin, une petite sœur à sa charge, une enfance brisée et un bégaiement qui la handicape au quotidien. Malgré tout cela, elle n'a jamais baissé les bras. Son courage et sa détermination forcent le respect.

En conclusion, une très belle découverte dont le seul défaut est sa fin trop ouverte, à mon goût. À part cela, l'intrigue s'étoffe petit à petit tandis que Sadie se dévoile au fil des pages. Un vrai plaisir à lire.

TRAFIC A LA CLINIQUE

Vix Elisa

Oskar Éditeur

3 juin 2019

Une bonne expérience

Après un brutal accident – heureusement plus spectaculaire que grave – Sébastien est hospitalisé d’urgence à la clinique des Tilleuls. ll s’en sort sans grosse séquelle, mais il est obligé d’y rester en observation quelques jours. Juste le temps pour lui et son compagnon de chambrée, Valentin, de sentir qu’il se trame quelque chose de louche… Avec l’aide de son nouvel ami, il compte bien enquêter et faire éclater la vérité.

Sébastien et Valentin est un duo qui fonctionne bien. Le courant passe tout de suite entre eux. Les deux adolescents n’écoutent que leur courage et n’hésitent pas à mettre leur vie en jeu – frôlant parfois l’inconscience. Ils ont soulevé un lièvre bien trop gros pour eux et vont rapidement s’en rendre compte. Mais il en faut plus pour leur faire baisser les bras. Au contraire, leur impuissance apparente à agir les fait redoubler d’efforts… et d’imagination, car ils doivent faire face aux dangers et élaborer un plan avec les moyens du bord.

En conclusion, une lecture jeunesse qui tient ses promesses et permet de frissonner malgré le peu de pages.

Les enquêtes de l'inspecteur Higgins - tome 17 Un assassinat au Touquet
27 mai 2019

Très bon tome

Alors qu’il profite de sa retraite anticipée, Higgins reçoit la lettre d’un énième désaxé, Apollon, le mettant au défi de l’arrêter avant qu’il ne commette un crime. L’inspecteur n’y voit là que les délires d’un malade mental et n’y accorde aucune attention… jusqu’à ce que Marlow vienne le chercher, complètement affolé. Un meurtre a été commis au Touquet et on a trouvé sur place une lettre d’Apollon qui incrimine l’inspecteur…

Bien décidé à laver son honneur – et celui de Scotland Yard au passage – Higgins embarque pour la France en compagnie du superintendant Marlow. Leur séjour en France ne sera pas de tout repos : Apollon se croyant bien plus malin que tout le monde, les morts s’enchaînent et les fausses pistes ne manquent pas.

Quel plaisir de retrouver Higgins et son compère de toujours, Marlow. Cette enquête est passionnante car elle reprend les mêmes codes que les meilleurs Agatha Christie. En effet, ce que j’aime beaucoup avec l’inspecteur c’est qu’il utilise les « vieilles » méthodes. À savoir un petit carnet, un crayon et son cerveau. Les nouvelles technologies, très peu pour lui, il n’a pas confiance ! C’est ainsi qu’il se met à fouiner au Touquet, interrogeant minutieusement toutes les personnes impliquées de près ou de loin.

En conclusion, après l’avis en demi-teinte du précédent opus, je suis vraiment contente de retrouver l’inspecteur Higgins. Certes, cette enquête est un peu classique, mais prenante de bout en bout !