Manon B.

Sorcery of Thorns
par (Libraire)
1 octobre 2020

Qui a dit que les livres n’étaient pas...vivants ?

À Austermeer, les livres ne sont pas de ceux qui restent tranquillement sur leur étagère, sans émettre de bruit. Les livres sont des grimoires dans lesquels de puissants sortilèges sont cachés. Les bibliothécaires ont pour rôle sacré de les protéger et d’empêcher quiconque de les voler.

Par un coup du sort, Elisabeth, apprentie bibliothécaire, va être accusée d’avoir détruit un des plus importants grimoires du monde des sorciers. Elle est alors forcée à comparaître devant le chancelier de la Magie en personne.

Escortée dans son périple par Nathaniel, un magister sorcier et de son serviteur, Silas, Elisabeth va voir sa vision du monde complètement se chambouler. Les sorciers ne sont peut être pas ces créatures malfaisantes qu’on lui raconte depuis son enfance.

J’ai adoré ce roman que je trouve tout bonnement, du début à la fin, GÉNIALISSIME : l’univers est original, le récit est captivant (mention spéciale pour les scènes de bataille !). Quant aux personnages : ils sont (presque) tous attachants et que dire d’Elisabeth, notre héroïne, mise à part qu’une héroïne qui sait se battre (à l’épée et pas que), ça fait du bien !

A l'écoute des orques / ma vie avec les géants de la mer, Ma vie avec les géants de la mer
22,88
par (Libraire)
21 septembre 2020

Les orques. Beaucoup les connaissent, sous le surnom de baleines tueuses.

Tillikum, l’orque qui a tué trois de ses soigneurs au parc nautique Sea World, est l’une des orques qui contribua au mythe des orques tueuses d’homme.

Alexandra Morton, biologiste marine d’à peine 20 ans mais surtout grande amoureuse des animaux marins et de leur capacité à communiquer, entreprend ses recherches, d’abord au Marineland de Californie, puis au Canada, près de l’Ile de Vancouver, à la découverte des orques sauvages.

Elle vit à la dure, avec son mari et son fils.
Une vie constituée d’eau, d’orques et de saumons.
Pendant plus de 20 ans, nous suivons ses découvertes sur les différents groupes d’orques, leur langage, leur rapport à la famille, leur nourriture, leur place dans les croyances amérindiennes.

Nous voyons aussi l’évolution du monde marin : les chasses et les captures des orques sauvages, l’arrivée des fermes de saumons, etc.

C’est avec tristesse et dégoût que ce récit nous plonge peu à peu dans la prise de contrôle de l’Homme sur la Nature.

Alexandra Morton nous partage dans son journal de bord sa lutte pour la protection des mers et des créatures qui la peuplent.

Merci aux éditions Marabout de nous avoir traduit cet écrit paru aux États-Unis en 2002 et de partager cette vision de l’orque comme un animal calme qui ne tue que pour se nourrir et jamais pour le plaisir (et ne s’attaque jamais à l’humain à l’état sauvage). Ce sont des créatures passionnantes qu’il faut respecter,, et ce récit permet d'en prendre cruellement conscience.

Silex
par (Libraire)
7 septembre 2020

Je sais que le plus important c'est le contenu, mais je voudrais commencer mon coup de coeur en disant que cet album est Magnifique ? Voilà c'est fait.

Passons maintenant à l'histoire...
Sur la planète Homo-Dino, hommes et dinosaures, les chasseurs et les chassés (pas nécessairement dans cet ordre), ne vivent absolument pas en parfaite harmonie.

Silex, haut comme trois pommes, rêve de devenir chasseur. Face aux moqueries dues à sa petite taille, il va se lancer un défi : celui de capturer les trois plus dangereux dinosaures de Homo-Dino.
Rien que ça !

Le jeune Silex, dans sa folle aventure va prouver qu'on peut être petit et réussir là où les grands, même les très grands, ont échoué.
Même s'il reste petit, peut-être peut-il devenir un grand chasseur ?

Pour les grands et petits enfants, pour les petites et grandes personnes.

À en perdre haleine

Deb Caletti

Pocket Jeunesse

21,28
par (Libraire)
7 septembre 2020

"Parce que je ne peux pas rester sans réagir"

Annabelle, lycéenne est à deux mois de sa remise de diplôme.
Garée sur le parking d'un Drive in à Seattle, elle ne rentrera pas chez elle ce soir.
Sous le choc, elle va courir.
Courir plus de 4 300 km.
Jusqu'à Washington.
Pour fuir.
Le Fuir, lui, Le Ravisseur, ses regards insistants, ses moments de colère, ses mensonges.

Bientôt, grâce à une vidéo YouTube, le monde entier est au courant de sa traversée.
Ils savent pourquoi elle fait tout ça.

Une course contre la montre, ou plutôt contre le passé, contre les mauvais souvenirs, l'impuissance, la culpabilité, va commencer faisant resurgir le fil des événements aboutissant à LA révélation.

Et une fois que cette révélation éclate, une chose est sûre : l'envie de se relever est plus forte encore, à chaque foulée pour elle, à chaque mot pour nous.

S'unir c'est s'accepter, Une histoire de poules

Une histoire de poules

Laurent Cardon

Père Fouettard

18,40
par (Libraire)
31 août 2020

Allez les filles, RASSEMBLEMENT !

L'heure de l'appel a sonné, et comme tous les matins pour mesdames les poules, on s'aligne par couleur : poule noire, poule blanche, poule rousse, poule noire, poule blanche, poule rousse, et ainsi de suite.

Mais aujourd'hui, c'est étrange, il semble y avoir plus de poules rousses que d'habitude !
Bizarre, comme c'est bizarre, vous avez dit bizarre.
En plus de ça, Marinette, une poule noire, est introuvable.

Attendez, ça ne serait pas elle, au fond à droite, juste à côté de Marie-Paulette. Ses plumes ne sont plus noires mais ROUSSES, quel sacrilège !

En changeant de couleur de plumes, Marinette, sans le savoir, a lancé une révolution.