Pascale B.

Dernier commentaire

26,34
28 janvier 2022

"faiseurs-de-de-putes"

D’une écriture généreuse et fluide, Jean-Daniel Baltassat nous raconte la rencontre de Mikelangelo, peintre faussaire, et de jeunes migrants ; tous réfugiés dans le labyrinthe du sous-sol parisien. L’un réalisant une immense fresque et obsédé par le souvenir de la mère ; les autres survivant au jour le jour dans la terreur des « faiseurs de putes » ….

L’alternance de chapitres à plusieurs voix entre les personnages et les rats, à la manière de Weber dans « les fourmis », donnent de la dynamique à une lecture un peu répétitive.
Le récit suggère au lecteur la violence et l’inquiétude des réfugiés, interpelle sur la relativité de l’art et informe sur l’intelligence des rats parties prenantes dans le déroulement de l’histoire….

Original, obligeant et plein d’espoir.

« Il aurait voulu s’ouvrir la poitrine pour qu’elle puisse se consoler un peu au-dedans de lui »