Ciels de traîne
EAN13
9782714310613
ISBN
978-2-7143-1061-3
Éditeur
José Corti
Date de publication
Collection
EN LISANT EN EC
Nombre de pages
23
Dimensions
18 x 13 x 1 cm
Poids
218 g
Code dewey
848.91402
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Claude DOURGUIN

Ciels de traîne

Collection En lisant en écrivant

ISBN 978-2-7143-1061-3

208 pages – 19 Euros

Parution 12 mai 2011

Livres, moments — ici-bas regarder, s’occuper de la terre, écrire, voyager —, musiques, paysages, peintures, rencontres qui ont ébranlé, perturbé, il s’agit de traces laissées et de ce qui vient après, perspective neuve, décapée, mieux visible, déroutante parfois, ce qui s’installe à leur suite : des rêveries et leurs cours. Il s’agit de bonheur — l’esprit trouve là son plus heureux régime, rapide, vif plein de surprises — et de reconnaissance. Car le mouvement, l’élan, davantage, le pouvoir germinatif c’est à l’extérieur de soi qu’il se trouve, presque toujours c’est à d’autres que nous le devons. Aussi vers, réflexions, nulle lassitude jamais à les faire revenir, les écouter, se laisser habiter par leurs « petite(s) phrase(s) ».

Le ciel de traîne est une fête.

Il est singulier que l’on ne fasse plus qu’un usage technicien des « textes » que sont devenues les œuvres, au lieu de lire celles-ci et d’en tirer plaisir parce qu’elles nous aident à vivre.

On souscrit bien sûr sans réserve à l’apostrophe de Mallarmé à Degas — « Ce n’est point avec des idées, mon cher Degas, que l’on fait des poèmes. C’est avec des mots. » Mais on aimerait rappeler une condition — qu’il y ait sous leur enveloppe un cœur battant, le cœur battant des choses, de la réalité et non une simple forme sonore ; et une conséquence — que le livre (beau ou pas d’ailleurs) soit fait pour aboutir au monde et non l’inverse. (Ceci après avoir dû éclaircir la défiance à l’endroit de ce poète ou plutôt l’absence d’intérêt sinon forcé à son endroit, en raison de son formalisme autant que de sa dramatisation de l’acte d’écrire.)

Idée venue en considérant la cave et, d’autre part, le déballage des libraires, pêle-mêle effroyable : chacun, lecteur d’abord, n’aurait-il pas à gagner à exiger que sur le livre-produit, soit inscrit la mention « de garde » pour certains (équivalents des grands crus), et, pour les autres, la date limite de consommation ? Chacun, ainsi, choisirait selon son usage.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Claude Dourguin