Et tu n'es pas revenu
EAN13
9782246853916
ISBN
978-2-246-85391-6
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
Littérature Française
Nombre de pages
112
Dimensions
19 x 12 x 1 cm
Poids
116 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

« J'ai été quelqu'un de gai, tu sais. Malgré tout ce qui nous est arrivé. Je pouvais raconter le pire en riant, ou ne plus y penser. » Ainsi commence cette lettre de Marceline Loridan-Ivens à son père. Tous deux ont été déportés, elle à Birkenau, lui à Auschwitz, où il disparaît en 1943. De ces mois, il ne reste rien : si ce n'est les mots, le souvenir, le regard et l'émotion. De la rue des Saints-Pères, où elle vit depuis des années, elle tend la main : la haine est là, à portée, les camps, Mengele, les wagons de fer, l'odeur, la cruauté et la neige. Mais aussi la douceur. Et ce père merveilleux qui réussit à lui faire passer un bout de papier avec quelques mots. Un trésor, un testament pour sa fille de quinze ans. Mais dont elle ne sait plus rien : les mots même se sont effacés...
La vie a passé, Marceline Loridan-Ivens a vécu, voyagé, réalisé des films : pourtant ces mots la cherchent. Parole de paix, de vie. Marceline raconte, on ne parle jamais assez : la petite fille seule, sa poupée à la main, qui marche vers la chambre à gaz ; la jeune femme bousculée par le « trag » de Marceline, abattue sous ses yeux par un nazi ; Mengele, qui hante le camp, comme un démon, sa baguette à la main, et puis le retour, le monde d'après...
« Tes mots s'en sont allés. Ils me parlaient d'un monde qui n'était plus le mien. J'avais tout perdu. Il a fallu que la mémoire se brise, sans cela je n'aurais pas pu vivre ».
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

16 février 2016

déportation

Un petit livre, tout discret, tout mignon, mais qui cache une grande question : comment vivre après la déportation dans un camp de la mort ? La narratrice adresse une lettre à son père, tellement peinée d’avoir perdu celle que ...

Lire la suite

23 février 2015

A lire absolument !

Marceline Loridan-Ivens écrit à son père bien des années après qu'ils aient été tous les deux déportés. Avant Birkenau pour elle, Auschwitz pour lui, son père lui a dit à Drancy "toi tu reviendras peut-être parce que tu es jeune, ...

Lire la suite

16 février 2015

Une longue lettre pour l'absent

Le 27 janvier 2015, les soixante-dix ans de la " libération " des camps étaient célébrés en Pologne devant un parterre de chefs d'états. Certains déportés, dont Ida Grinspan, se sont révoltés contre l'absence d'un représentant russe puisque c'est bien ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Marceline Loridan-Ivens
Plus d'informations sur Judith Perrignon